Deuxième trimestre, troisième trimestre….

 

Et un petit tour au laboratoire pour le test HGPO …si, si, la solution toute prête de 3 tonnes de sucre dans un grand verre d’eau avec obligation de rester 3h assise sur place ...

 

 

Ok, le diagnostic est tombé :

 

« Vous avez un diabète gestationnel Madame, il faut voir le médecin rapidement ».

 

 

Il va vous falloir prendre plusieurs rendez-vous avec l’équipe de diététique et la sage femme.

La première réunion en groupe est très importante et intéressante, le personnel explique pour celles qui ne savent pas, ce qu’est ce diabète particulier, le danger pour le bébé et les complications potentielles pour la maman s’il n’est pas équilibré…ect

(Je ne vais pas en parler ici car partout sur internet, c’est très bien expliqué aussi).

 

Vous allez recevoir une ordonnance pour pouvoir vous procurer le matériel de test de  glycémie tous les jours et un carnet pour noter les valeurs et le détail de vos repas…

Lors de ces réunions, vous allez rencontrer d’autres femmes diabétiques.

Certaines ont des difficultés de compréhension et d'autres comprennent tout immédiatement, certaines trouvent ça extrêmement contraignant et l’idée du régime  est le défi de leur vie, certaines vont suivre à la lettre, d’autres s’en fichent…je n’ai aucun jugement à porter, je peux comprendre les difficultés de chacune, notamment la barrière de la langue et le manque de soutien familial par exemple mais chaque femme doit prendre ses responsabilités en sachant que le danger le plus grand est pour le bébé, pas pour elle !

Il serait formidable que les femmes les plus informées échangent avec les femmes les plus en difficulté, en dehors du contexte hospitalier. Cela peut même créer des amitiés et surtout apprendre à s’entraider.

 

 

Mon parcours ci dessous:

(C’est une information et non une ordonnance mais cela peut toujours aider) 

 

Consciente du risque pour mon bébé, j’ai suivi à la lettre, sur une semaine, les recommandations.

Mon résultat de glycémie en laboratoire était un peu trop élevé mais pas non plus affolant.

Je me suis piquée les bouts des doigts matin, midi et soir, avant et après chaque repas, en respectant les horaires et en notant tout ce que je mangeais.

 

Au début, en ne changeant rien à mon alimentation, ça donnait du n’importe quoi !

Les valeurs étaient toujours très basses à jeun et trop hautes après les repas.

Etant donné que je ne souhaitais pas avoir recours à de l’insuline et continuer à me piquer comme ça jusqu’à la fin de ma grossesse, j’ai donc inventé un tableau avec toutes les catégories d’aliments et leurs apports glucidiques pour me faire des menus types…mais ça a échoué car ces aliments là n’étaient pas des aliments que j’avais l’habitude de consommer et cela ne me convenait pas.

 

 

Et j’avais faim, toujours faim après !!

Il me fallait donc trouver un féculent, (pour tenir!), qui apporte moins de sucre que le riz, les pâtes ou le pain pour une plus grande quantité !

J’ai trouvé mon salut dans le quinoa ! Ça cuit assez rapidement et c’est trop bon !

Cette petite graine des Incas je pouvais en consommer plus (il faut peser!) pour le même taux glucidiques qu’une toute petite quantité de riz !

 

Au petit déjeuner, une cuillerée d’un cacao particulier peu sucré qui se dilue dans de l’eau (de la marque de supplex cao) et comme je ne pouvais  pas me contenter de deux malheureuses tranches de pain ou biscottes, je mangeais plusieurs tartines de sarrasin (pain des fleurs), il existe beaucoup d'autres marques en vente en grande surface. Le tout avec du miel d’acacia dessus (miel des diabétiques, très peu sucré).

 

La plupart des légumes sont à volonté, vous faites donc des cures d’haricots verts comme jamais !

 

Je pense qu’il est important, même avec un régime à respecter, de pouvoir se sentir rassasiée et de pouvoir apprécier manger des bonnes choses. Parfois ces produits coûtent un peu plus cher et cela peut être un blocage pour la future mère…

 

Par contre, le fait de prendre sa santé en mains nous responsabilise et nous nous sentons moins assistées.

La volonté est importante !

 

J’ai stabilisé complètement mon diabète en fractionnant mes repas et en choisissant judicieusement et scrupuleusement des aliments que j’aime, qui me nourrisse et sont plein de vitamines pour bébé !

 

Fin de la deuxième semaine du 3ème trimestre, j’ai apporté mon carnet à la sage femme lors de la consultation, je lui ai expliqué mon fonctionnement, lui ai fais comprendre que j’étais attentive, consciente et responsable.

En étant responsable, on a pas besoin de validation externe, je n’ai pas à convaincre, juste à montrer que tout va bien comme ça.

On m’a laissé tranquille jusqu’à la fin de ma grossesse.

Une fois tous les 15 jours, pendant 2 jours consécutifs, je prenais soin de refaire les surveillances glycémiques, quand même, pour être sûre que ça n’évoluais pas négativement.

 

La volonté et la pensée positive sont des instruments puissants.

Ne vous coupez pas d’elles car elles peuvent tout.

 

Cela ne veut certainement pas dire que si vous êtes suivis par les diététiciennes il faille s’en détacher, surtout pas, il ne faut pas faire n'importe quoi. Par contre, il faut se responsabiliser en agissant aussi de son côté pour rétablir sa confiance en soi, tout simplement.

 

Le diabète disparaît normalement après l’accouchement, mais vous serez surprise de voir que parfois certaines habitudes alimentaires vont rester parce que le changement est sain aussi pour vous.

 

A savoir que le quinoa augmente la production de lait et est très nourrissant pour maman et bébé!

 

 

Bon courage à toutes les futures mamans !

DiabeteGest1.png
DiabeteGest2.png
DiabeteGest4.png
téléchargement (3).jpg
téléchargement (4).jpg

Le diabète gestationnel

Rédigé et Publié le 02/04/20 par hevaventur.com